Présentation du nouveau plan d’intervention d’urgence (PIU) en cas d’accident nucléaire

Le 21 octobre 2014, le Premier ministre Xavier Bettel, la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, et le ministre de l’Intérieur, Dan Kersch, ont présenté le nouveau plan d’intervention d’urgence (PIU) en cas d’accident nucléaire adopté par le Conseil de gouvernement en date du 15 octobre 2014.

Ce plan gouvernemental s’accompagne par ailleurs avec la mise en oeuvre de trois actions concrètes ayant pour finalité d’informer, de sensibiliser et de préparer la population à une éventuelle situation de crise :

  • mise en ligne du portail www.infocrise.lu;
  • campagne de pré-distribution de comprimés d’iodure de potassium ;
  • actualisation de la brochure « Que faire en cas d’alerte nucléaire ? ».

Plan d’intervention d’urgence (PIU)

Le nouveau plan d’intervention d’urgence (PIU) en cas d’accident nucléaire définit l’action du gouvernement en cas d’accident nucléaire ou radiologique en établissant les procédures d’alerte, les organes de gestion de crise et les mesures de prévention, de protection et de secours de la population.

Les accidents visés par le plan sont des accidents qui entraînent ou risquent d’entraîner des rejets majeurs de matières radioactives dans l’environnement, et qui sont donc susceptibles de porter atteinte à la santé publique. Le projet de ce plan fut optimisé à la suite de l’exercice nucléaire transfrontalier « 3en1 » organisé au niveau de la Grande Région en 2012 et 2013.

En vue de sa finalisation et de son approbation par le Conseil, le projet du plan a été présenté à toute une série d’acteurs impliqués à différents niveaux dans sa mise en œuvre.

Le plan d’intervention d’urgence prévoit 4 principales mesures de prévention et de protection de la population :

  • la mise à l’abri ;
  • la prise de comprimés d’iodure de potassium ;
  • l’évacuation temporaire et l’hébergement dans des centres d’accueil
  • et les restrictions et protection de l’approvisionnement alimentaires.

Le plan distingue aussi différentes phases d’un accident nucléaire

  • la phase d’urgence et 
  • la phase post-accidentelle.

La première comprend une phase de menace et une phase des rejets et la deuxième une phase de transition et une phase de gestion des conséquences à long terme. Ainsi, la subdivision en phases jaune, bleue et rouge de l’ancien plan est abolie.

Le plan prévoit en outre une zone de planification primaire délimitée à partir de la centrale nucléaire de Cattenom :

  • par un rayon de 15 km en cas d’évacuation ;
  • par un rayon de 25 km en cas d’absorption d’iode stable et de mise à l’abri de la population.

Afin d’éviter ainsi une distribution précipitée de comprimés d’iodure de potassium en cas d’urgence, le nouveau plan prévoit un approvisionnement de la population luxembourgeoise en comprimés en temps normal.

Le plan reprend la structure de gestion de crise telle qu’elle découle du document sur le fonctionnement du Conseil supérieur de la protection nationale et de la Cellule de crise, approuvé par le Conseil de gouvernement en date du 18 juillet 2014.

Trois actions concrètes

Le gouvernement luxembourgeois attache une importance particulière à la protection de la population en cas d'accident nucléaire. Aussi, la gestion d'une éventuelle crise nucléaire implique toute la population, et une bonne connaissance des gestes et comportements à adopter par la population ainsi que des mesures de protection prises par les autorités facilitent la gestion d'une crise.

L'objectif des actions mises en oeuvre par les autorités luxembourgeoises est donc d'informer, de sensibiliser et de préparer la population à une telle éventualité.

Mise en ligne du site www.infocrise.lu

Il s'agit du portail officiel du gouvernement luxembourgeois en matière d'information et de communication en cas de crise. C'est à travers cet outil que seront communiquées l'ensemble des décisions prises et des actions entamées par les autorités en situation d'urgence.

Campagne de pré-distribution de comprimés d’iodure de potassium

Le plan d'intervention d'urgence prévoit une distribution préventive de comprimés d’iodure de potassium à tous les résidents du pays. Une première campagne de distribution préventive aura lieu en octobre/novembre 2014. Chaque résident recevra un courrier personnalisé contenant des informations relatives à cette distribution et lui permettant de retirer une boîte de comprimés soit auprès de sa commune de résidence soit à la pharmacie de son choix.

Les établissements scolaires et structures d’accueil pour enfants disposent de réserves de comprimés en cas de besoin. Les parents de chaque nouveau-né reçoivent une boîte de comprimés par enfant à la maternité. Par ailleurs, les autorités communales gardent en réserve une quantité suffisante de comprimés pour garantir une distribution supplémentaire en cas d’accident nucléaire.

Les entreprises ont la possibilité de commander un stock de comprimés via le portail www.infocrise.lu.

Actualisation de la brochure « Que faire en cas d’alerte nucléaire ? »

La brochure a pour but de présenter de façon condensée et compréhensible l’ensemble des procédures d’alerte ainsi que les mesures de protection prévues par le plan d’intervention d’urgence. Elle est disponible en plusieurs langues (allemand, anglais, français, luxembourgeois et portugais) et sera remise à tous les résidents lors de la distribution des comprimés d’iodure de potassium.

La brochure peut être téléchargée dans les différentes versions linguistiques sur le portail www.infocrise.lu.

Présence sur les réseaux sociaux

Le gouvernement luxembourgeois a également a créé un compte Twitter (« infocriseLU », mention @infocriseLU) sur lequel il communiquera en cas de situation d’urgence.

  • Mis à jour le 21-10-2014